Versement de dividende : comment cela fonctionne-t-il ?

Quand une entreprise enregistre un résultat bénéficiaire, l’assemblée générale détermine la façon dont elle va rentabiliser son placement au fonds de départ. Pour ce faire, elle procédera à un partage du bénéfice, appelé également distribution de dividendes. En général, le dividende indique la partie des bénéfices qu’une société verse aux associés selon le pourcentage de leur contribution dans le capital social. En d’autres termes, le dividende marque une forme de récompense octroyée par les sociétés pour les personnes physiques ou morales. Pourtant, quand celles-ci affichent une perte, aucun dividende ne peut être partagé. Dans ce cas, l’investissement financier peut paraitre comme étant une prise de risque. Ce genre d’investissement comporte en effet un intérêt majeur sur le marché boursier : soit l’investisseur obtient un rendement, soit il enregistre un déficit et c’est un risque. La présence des dividendes est très importante au rendement d’un placement. C’est pourquoi de nombreuses entreprises dans la cote boursière ont connu une hausse considérable de leurs dividendes durant 25 années consécutives. Ces grands investisseurs sont appelés dividende aristocrats.

Statuer sur les modes de versement des dividendes

En plus de décider la somme à partager, les associés se trouvent également obliger de prévoir la façon dont ils vont mettre en œuvre pour payer les dividendes dans une durée de 9 mois à compter de la date de l’achèvement de l’exercice. Dans la plupart des cas, le dividende aristocrats est versé sur le compte bancaire c’est-à-dire il est partagé sous forme de numéraire. Pourtant, il est possible de répartir les dividendes en nature, ce qui est le cas pour la distribution d’actions. Une telle option amène les associés à supporter la fiscalité liée à cette répartition sans avoir touché de liquidités.

Verser les dividendes aristocrats à une personne morale

Quand le bénéficiaire du dividende est n’est pas une personne physique mais plutôt une personne morale et qu’elle est assujettie à une imposition sur les sociétés, la somme des dividendes à percevoir est intégrée à ses gains. Elle supporte en effet le tribut afférent au taux de droit commun. À défaut, il est possible de soumettre la somme correspondant au dividende à un régime mère-fille. Ce système peut entrainer ensuite à une exonération partielle d’impôt. Dans ce cas, 5% seulement de la somme perçue est réinsérée dans le profit imposable. Néanmoins, ce régime prétend la combinaison de diverses conditions, surtout la détention de 5% au moins du fonds de départ de la société et la détention des titres au cours de deux ans au minimum.

0ù et comment trouver les aristocrates du dividende ?

Le site internet américain us.spindices.com montre une fiche qui décrit l’indice S&P 500 dividende aristocrats. En ouvrant l’onglet « constituents », on obtient les dix premiers des valeurs disponibles dans l’indice. Ce site présente également l’équivalent européen par le biais de l’indice S&P Europe 350 dividende aristocrats. Pourtant, il n’expose pas sa composition. Quelques aristocrates du dividende se trouvent en France y compris L’Oréal, Sanofi, Essilor, Hermès, etc. la liste de ces grands investisseurs est aussi disponible sur Wikipédia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *