Les cryptomonnaies vont-elles remplacer les monnaies actuelles ?

Le Bitcoin est né en 2009, dans un climat de défiance par rapport aux banques. Ce nouveau type de monnaie, appelé cryptomonnaie, fait apparaître une véritable économie numérique parallèle. Certains prédisent même une invasion des monnaies virtuelles d’ici à 2030. Les banques traditionnelles sont-elles mises en péril ? Les consommateurs vont-ils se détacher de la monnaie habituelle ?

Que sont les cryptomonnaies ?

La cryptomonnaie est une monnaie totalement virtuelle. Cette monnaie cryptée est générée par un logiciel et des internautes, que l’on appelle les mineurs. Comme nos billets ou nos pièces, elle permet de réaliser un achat, une opération financière ou un virement. Elle peut être échangée contre un service ou un bien, et se situe hors de tout contrôle institutionnel. Contrairement aux transactions traditionnelles, les transactions réalisées en cryptomonnaies sont rapides, anonymes et peu coûteuses. C’est pourquoi de plus en plus de personnes souhaitent apprendre à investir dans les cryptomonnaies.

Les données liées aux transactions de monnaie virtuelle sont stockées dans une blockchain, réseau faisant office de banque centrale. Ce répertoire est accessible à tout le monde sur le Web. Grâce aux technologies employées, les transactions ne peuvent être ni falsifiées ni violées. Le Bitcoin a été la première monnaie de ce type à être créée, par Satoshi Nakamoto. D’autres ont vu le jour depuis, comme Ripple ou Dash. Près de 2 000 cryptomonnaies sont actuellement référencées. Nombre d’entre elles servent à financer des projets innovants.

Est-ce la fin des banques et des monnaies traditionnelles ?

Bien que les avis sur la question soient mitigés, techniquement, les cryptomonnaies pourraient remplacer les monnaies actuelles. Mais ce type d’investissement, non régulé, reste encore très risqué. En outre, les banques traditionnelles proposent une vraie plus-value, non compensée par les cryptomonnaies, à savoir le conseil personnalisé et l’accompagnement des clients. Celles-ci s’intéressent néanmoins de près aux cryptomonnaies, et se mettent à utiliser des procédés de blockchain pour améliorer la rapidité de leurs transactions. Aujourd’hui, le gouvernement français adopte le terme de « crypto-actif », pour ne pas placer les cryptomonnaies en concurrence avec l’euro, mais en faire des moyens de financer l’innovation.

Par ailleurs, les consommateurs sont en train de modifier leurs habitudes transactionnelles. Un nombre de plus en plus important se tourne vers les néo-banques et les paiements sur mobile. Les cryptomonnaies et les néo-banques favorisent la mutation des services proposés par les banques. Si elles ne tendent pas à se substituer entièrement aux monnaies actuelles, elles pourraient les remplacer à hauteur de 25 % d’ici à 2030, selon certains observateurs.

Les cryptomonnaies vont-elles s’effondrer brutalement ou remplacer les monnaies physiques ? Personne ne peut répondre à cette question à ce jour. Il s’agirait plutôt du développement d’une nouvelle catégorie d’actifs avançant parallèlement à l’économie traditionnelle. Une chose est certaine, l’utilisation de ces actifs virtuels est de plus en plus grande, et les monnaies numériques continuent de se populariser.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *